d’amour bleu

 

Cela ne dure que quelques jours en été. Soudain, la chaleur s’installe et plus rien ne bouge. Ou presque. C’est comme une nuit sans nuit. La chaleur éteint  le temps sur son passage. On soupire avec elle au mois d’août, la regrette déjà en novembre pour l’attendre vainement en avril. On la dit alors écrasante, presque verticale, tant elle chute sur nos élans. Elle retient notre souffle autant que le moindre de nos gestes. Elle s’abstient de nos paroles, étouffe le chant, écarte les sons, mis à part peut-être un crissement de pneus au loin. Elle a l’art de s’imposer là où l’ombre n’a plus de prise et de poser les couleurs à terre. Fade, pâle et gluante, elle invite au retrait, aux volets fermés et à la saveur retrouvée  d’un verre d’eau fraîche.

Etre au milieu d’une friche au zénith de ces jours d’été devient alors une expérience singulière. Comme franchir une limite, transpercer le mur du silence, s’engouffrer dans une ébullition  d’ailes froissées, d’élytres percussifs et de butinages tous azimuts. Ces vibrations allègent l’air et on peut risquer de poser ses pas tout doucement près des  hautes tiges. Il ne reste plus qu’à se fondre dans cette suractivité, à ne plus bouger pour observer et écouter toute la vie qui grouille autour de soi. Les insectes jubilent. Leur vie virevolte d’une fleur à une autre, leur bien-être pétille sur les pétales. L’été se concentre enfin et bourdonne de joie. Le ciel danse sous ces arabesques minuscules. La terre reste bien vivante !

A deux pas de là, la couleur bleue entre en scène discrètement. Un bleu tendre et doux se détache  et retient toute l’attention. Viennent ces  mots posés sur les pages d’un livre : « le bleu ne fait pas de bruit » *.  L’amour non plus. Des mots sur une page, des ailes sur une tige, la vie est légère. Cette vie qui circule. Cette vie qui rassemble. Et continue. Deux papillons d’azur s’accouplent en silence. Rien ne les dérange. Ils sont là, de passage,  pour transmettre un peu de leur vie brève. Et transformer la chaleur en émerveillement. Le cycle de  vie d’un papillon, comme le nôtre, n’est que métamorphoses.

© sylvie blanc – l’envol des jours 2012

 

* Livre de chevet : Une histoire de bleu  © Jean-Michel Maulpoix

Editions Mercure de France ou Poésie Gallimard (format poche)

à suivre sur le site de Jean-Michel Maulpoix

 


Commentaire

d’amour bleu — 4 commentaires

  1. Pouf pouf pouf… J’adore… Je l’emmène avec moi sur le chemin des rêves… Une douceur du temps, un abri pour le cœur, une couleur de la vie, un vœu vers l’infini…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *